Les cerfs de la forêt de Mormal

Images
Une association de vigilance pour la sauvegarde du patrimoine des grands cerfs de la forêt de Mormal a continué son travail d’observation et d’analyse de la situation en 2017. En voici donc quelques éléments et résultats.
CONSTAT
Rappel: de 2010 à 2013, près de la moitié de la quarantaine de grands cerfs ont été tués. Sur 9000 hectares, c’était déjà une population faible et il avait fallu 10 ans de ralentissement de pression de chasse pour retrouver ce début d’équilibre de 2010. Ce patrimoine fut malheureusement aussi vite pour moitié dilapidé en 4 années de chasse (aux trophées). C’est à présent trop tard mais pour ne pas en rester à ce triste constat , il faut donc construire les conditions de rétablissement d’une population équilibrée et compatible avec l’avenir écologique et la régénération de la forêt.
Sur base des observations réalisées sur le terrain en 2017, nous estimons à présent la taille de la population :
à 225 animaux (biches, faons et cerfs)
dont seulement maximum 35 grands cerfs de 10 cors et plus
avec une pyramide des âges déséquilibrée de par le lourd déficit de cerfs matures suite à cette surchasse (aux trophées) entre 2010 et 2013 accordée par l’ONF 
et selon une répartition géographique, elle aussi inégalitaire, avec environ 80% d’animaux au Sud et 20% au Nord du massif.
De très nombreuses observations visuelles ont été collectées toute l’année, complétées par des évaluations sonores au moment du brame. 25 grands cerfs ont été identifiés pour lesquels des fiches individuelles ont été réalisées avec photos et recensement des différents lieux et intensité de brame dans la forêt amenant au constat d’une diminution sensible du brame, tant diurne que nocturne, qui est à présent seulement cantonné en zone Sud-Ouest du massif avec malheureusement de nouvelles zones d’extinction par rapport à 2010, comme par exemple le secteur du Croisil. L’intensité du brame s’etait elle aussi ralentie et le nombre de cerfs bramant par secteur concerné etait donc en diminution. Mais suite à la diminution de la chasse aux grands cerfs depuis 2014, une reprise est en cours. Nous avons cartographié ces observations et constitué des fiches d’identification de la majorité des grands cerfs de Mormal.
Cette analyse de l’âge des cerfs de Mormal reste préoccupante avec seulement maximum 10 cerfs matures et maximum 25 cerfs de 10 cors et plus de 4 à 7 ans sur un massif de 9200 ha. C’est très peu et des efforts de gestion restent nécessaires pour l’avenir. Il y a un déficit de grands cerfs en général et plus encore de cerfs matures à Mormal et la pyramide des âges reste déséquilibrée.
Nous pensons également qu’étant donné le déséquilibre de répartition géographique sur le massif, la pression de chasse trop élevée au Sud a pu empêcher une amélioration de la situation au Nord de la voie ferrée et a pu même préjudicier les chasseurs du Nord pour l’avenir, qui se voient ainsi privés de grands cervidés de par l’arrêt de la progression générale des populations et notamment vers le Nord.

PROPOSITIONS
Nous émettons plusieurs préconisations
1/ ne plus pratiquer de tirs sur des cerfs pendant le brame (éthique de chasse, sécurité publique)
2/ raccourcir la période des tirs d’été des sangliers et des chevreuils sur le secteur Sud de la voie ferrée pour l’arrêter fin août car les tirs sur des zones de brame sont une pression inutile
3/ accepter un moratoire des tirs sur les cerfs de 10 cors et plus pour les 3 prochaines saisons de chasse car il n’en subsiste qu’une trentaine et même préserver les derniers cerfs matures existants car leur rôle est bénéfique au sein du groupe des grands cerfs tous encore trop jeunes à Mormal
4/ instaurer des bracelets pour des tirs de daguets
5/ patienter et pratiquer un moratoire global pour les cerfs, biches et faons sur le secteur Nord de la forêt, pauvre en cervidés pour laisser la population existante s’installer et se développer enfin, cela ne sera que tout bénéfice ensuite pour les chasseurs eux-mêmes, et diminuer les plans de chasse actuels de 30 %
6/ limiter la vitesse sur la départementale à 70 km/h plutôt que 90
7/ mener de meilleures analyses qualitatives sur la population et notamment les grands cerfs
8/ initier une réflexion sur des initiatives visant à développer une population au Nord de la voie ferrée, soit par migration soit par introduction de quelques animaux car il n’y a pas de corridors naturels entre les massifs du Nord et notamment de l’avesnois, donc étudier l’hypothèse d’une réintroduction de biches et de cerfs dans le Nord du massif
9/ les tirs sur grands cerfs dans le futur doivent être validés par la Commission départementale cynégétique et se pratiquer à l’approche après le 1er novembre
Des fiches d’identification des cerfs et des cartographies du brame ont été réalisées.

Nous vous tiendrons informés de la suite de ce dossier sensible, ici et sur la page Foret de Mormal sur Facebook.

Jean-Paul Lefranc, Bertrand Mangel, Jean-Francois Hogne et Olivier Flamme pour Mormal Patrimoine 

Publicités